Sélectionnez votre pays et votre langue
Région
Pays
Langue

Autres indications

pour la VNI

Informations de contact

* Champ requis

Contact

*
*
*

Etablissement

*
*
*
*
*
*
*

Détail de la demande

En spécifiant la raison pour laquelle vous souhaitez être contacté, nous pourrons vous fournir un meilleur service.
*
*
*
*

La ventilation non invasive est également une solution adaptée à d’autres catégories de patients, notamment les personnes asthmatiques, souffrant du SDRA (syndrome de détresse respiratoire aiguë) ou d’une pneumonie, ou encore se trouvant en soins postopératoires. Il est important de surveiller étroitement ces patients lors de leur traitement par VNI.

 

Bien que les données les plus probantes en faveur de l’utilisation de la VNI concernent les patients présentant une insuffisance respiratoire aiguë due à une exacerbation de BPCO, un œdème pulmonaire ou des troubles de la fonction immunitaire, il existe également d’autres catégories de patients pour lesquelles la VNI constitue une option adaptée. Ces catégories comprennent les patients atteints des pathologies suivantes :

 

 

  • Asthme : la ventilation mécanique invasive chez les patients asthmatiques comporte un risque de complications plus élevé et doit donc être utilisée en dernier recours. Les patients victimes d’une exacerbation d’asthme aiguë peuvent bénéficier d’une assistance respiratoire rapide grâce à la VNI. Toutefois, il convient de noter qu’il n’existe que peu d’informations sur l’utilisation de cette méthode chez les patients asthmatiques ; cela peut donc être sujet à controverse. Malgré tout, certains rapports existants indiquent clairement qu’une tentative de VNI étroitement surveillée peut être bénéfique pour certains patients victimes de crises d’asthme graves.¹

 

  • Pneumonie : l’utilisation de la VNI chez les patients atteints d’une forme grave d’insuffisance respiratoire aiguë causée par une pneumonie acquise en communauté (PAC) est controversée. De fait, les facteurs d’échec potentiel de la VNI chez ces patients sont mal connus. Carrillo et al. ont évalué les résultats de traitement chez ces patients et conclu qu’une VNI efficace était fortement associée à de meilleures chances de survie chez les patients atteints d’insuffisance respiratoire aiguë due à une pneumonie. Toutefois, si les signes d’un échec de la VNI apparaissent, l’intubation doit être effectuée sans attendre.²

 

  • Syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA) : le Dr Hess et al. recommandent d’utiliser la VNI avec une extrême prudence, voire de l’éviter complètement, chez les patients souffrant du SDRA en état de choc ou présentant une acidose métabolique ou une hypoxémie profonde.³

 

Il est impératif de surveiller étroitement ces patients. L’équipe clinique doit se tenir prête à les intuber immédiatement et à mettre en place une ventilation invasive en cas d’échec de la ventilation non invasive.

 

Partager cet article :

S’inscrire

 

Recevoir les dernières nouvelles sur les avantages de la VNI pour améliorer les résultats de traitement.

 

S’inscrire

Prédicteurs d’échec de la VNI

Exacerbation de BPCO

 

  • Gaz du sang artériel à 2 h
  • Fréquence respiratoire à 2 h  
  • Si le pH N’atteint PAS ≥ 7,25 et/ou que la fréquence respiratoire reste ≥ 35 respirations/min, alors le taux d’échec de la VNI est très élevé
  • IGS II > 29 à l’admission

Œdème pulmonaire cardiogénique

 

  • À l’admission
  • pH < 7,25  
  • Infarctus aigu du myocarde  
  • Hypercapnie  
  • Fraction d’éjection < 30 %  
  • Pression artérielle < 140 mmHg

Insuffisance respiratoire hypoxique aiguë

 

  • IGS II > 34 à l’admission
  • PaO2/FiO2 < 175 après 1 h de VNI

Articles associés

copd

La VNI dans le traitement des exacerbations de BPCO

 

Des preuves solides indiquent que la VNI permet de faire baisser le taux d’intubation et la mortalité chez les patients présentant un œdème pulmonaire lié à une insuffisance cardiaque. Les patients atteints d’insuffisance respiratoire aiguë due à une insuffisance cardiaque congestive constituent la deuxième catégorie de patients pour lesquels des données probantes encouragent l’utilisation de la VNI. Plusieurs études comparatives randomisées montrent que la VNI réduit...

 

En savoir plus

extubation

La VNI en post-extubation

 

La VNI peut succéder à une ventilation mécanique invasive au cours de la période post-extubation. Après une extubation, la ventilation non invasive est principalement utilisée afin de réduire la durée de la ventilation invasive et d’éviter les échecs d’extubation. Toutefois, elle peut également...

 

En savoir plus

pulmonary-edema

La VNI pour le traitement des œdèmes pulmonaires

 

Des preuves solides indiquent que la VNI permet de faire baisser le taux d’intubation et la mortalité chez les patients présentant un œdème pulmonaire lié à une insuffisance cardiaque. Les patients atteints d’insuffisance respiratoire aiguë due à une insuffisance cardiaque congestive constituent la deuxième catégorie de patients pour lesquels des données probantes encouragent l’utilisation de la VNI. Plusieurs études comparatives randomisées montrent que la VNI réduit...

 

En savoir plus

Sources

 

1 : Soroksky ,A., Klinowski, E., Ilgyev, E., Mizrachi, A., Miller, A., Yehuda, B., Shpirer, I., Leonov, Y. Noninvasive positive pressure ventilation in acute asthmatic attack. Eur Respir Rev 2010;19(115): p. 39-45

 

2 : Carrillo, A., Gonzalez-Diaz, G., Ferrer, M., Martinez-Quintana, ME., Lopez-Martinez, A., Llamas, N., et al: Non-invasive ventilation in community-acquired pneumonia and severe acute respiratory failure. Intensive Care Med 2012;38(3): p. 458-466

 

3 : Hess D. Noninvasive Ventilation for Acute Respiratory Failure, Respiratory Care (2013), Vol 50, No 6: p.950-972

 

4 : Nava, S., Ceriana, P.: Causes of failure of non-invasive ventilation, Respir Care (2004): 49: p. 295-303

 

5 : Confalorieri, M., Garuti, G., Cattaruzza, MS., et al. A chart of failure risk for non-invasive ventilation in patients with COPD exacerbation. EUR Respir J (2005): 25: p. 348-355

 

6 : Masip, J., Montzerrat, JP., Parejo, MS., et al. Risk factors for intubation as a guide for noninvasive ventilation in patients with severe acute cardiogenic pulmonary edema. Intensive Care Med (2003): 29: p. 1921-1928

 

7 : Antonelli, M., Conti, G., Esquinas, A., et al. A multiple-center survey on the use in clinical practice of noninvasive ventilation as a first-line intervention for acute respiratory distress syndrome. Crit Care med (2007): 35: p. 18-25