Sélectionnez votre pays et votre langue
Région
Pays
Langue

La VNI dans le traitement

des exacerbations de BPCO

Informations de contact

* Champ requis

Contact

*
*
*

Etablissement

*
*
*
*
*
*
*

Détail de la demande

En spécifiant la raison pour laquelle vous souhaitez être contacté, nous pourrons vous fournir un meilleur service.
*
*
*
*

Les patients victimes d’exacerbations de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) forment la catégorie la plus importante de patients pour lesquels la VNI présente de réels avantages. La ventilation invasive et les risques de pneumonie acquise sous ventilation entraînent un taux de mortalité élevé lorsque cette technologie est utilisée pour les exacerbations de BPCO. Plusieurs études comparatives randomisées montrent que la VNI réduit la mortalité, la gêne des patients et la durée du séjour en cas d’exacerbations de BPCO, par rapport à un traitement standard.¹

 

Ces preuves solides ont été examinées dans le cadre de recommandations et d’un consensus sur la VNI, faisant de cette méthode le traitement standard des exacerbations graves de BPCO. En 2002, le Comité britannique des normes de prise en charge a recommandé à tous les établissements admettant des patients victimes d’exacerbations de BPCO d’être en mesure d’effectuer une VNI. Après plusieurs années, ces recommandations restent valables. Les recommandations canadiennes en matière de pratique clinique concernant l’utilisation de la VNI en pression positive (VNIPP), et la PPC non invasive en environnement de soins à criticité élevée, préconisent d’employer la VNIPP en complément des soins habituels chez les patients souffrant de graves exacerbations de BPCO (pH < 7,35 et hypercapnie relative) en tant que première option d’assistance respiratoire. Sean Keenan et al. ont attribué à cette indication la note de 1A, qui signifie que des données probantes de grande qualité appuient l’utilisation de la VNI, indiquant de ce fait que cette méthode est fortement recommandée.¹

 

L’une des premières études randomisées sur l’utilisation de la VNI chez les patients victimes d’exacerbations aiguës de BPCO a été réalisée par le Dr Laurent Brochard et al. Dans cette étude, 74 % des patients attribués au groupe de traitement standard ont été intubés, contre 26 % de ceux appartenant au groupe de VNI. Point important, cette étude a mis en évidence des différences majeures au niveau de l’état des patients dans les deux groupes, à une heure. Les scores d’encéphalopathie, le pH et la pression partielle de CO2 des patients du groupe de traitement standard se sont considérablement détériorés, tandis que les scores d’encéphalopathie, le pH, la pression partielle d’oxygène et la fréquence respiratoire des patients du groupe de VNI se sont nettement améliorés. À ce jour, la plupart des protocoles de VNI comprennent un examen obligatoire des patients après 1 heure d’assistance ventilatoire non invasive à titrage élevé afin de déterminer s’il y a une amélioration de l’état, de la dyspnée et des gaz du sang du patient.²


La littérature montre également que la VNI est non seulement plus efficace en termes de résultats cliniques mais également moins coûteuse. Au vu de la pression financière croissante qui s’exerce sur les systèmes de santé, la VNI devient encore plus intéressante. En effet, une étude de 2000 a prouvé que l’utilisation de cette méthode associée à un traitement standard chez des patients atteints d’insuffisance respiratoire aiguë constituait la solution la plus efficace et permettait de réduire les coûts, à condition que les patients soient minutieusement sélectionnés.³

 

 

La VNI reste sous-utilisée en dépit des preuves solides à l’appui.”

 

Partager cet article :

S’inscrire

 

Recevoir les dernières nouvelles sur les avantages de la VNI pour améliorer les résultats de traitement.

 

S’inscrire

Remarque

La broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) a un impact important sur le secteur mondial de la santé en raison de sa prévalence élevée ainsi que des taux de mortalité élevés et des coûts médicaux exorbitants qu’elle implique (Halbert et al. 2006 ; Jemal et al. 2005 ; Mannino et al. 2007). De récentes analyses comparatives et grandes études épidémiologiques internationales couvrant de nombreuses régions du globe et utilisant des définitions de spirométrie prédéfinies ont même suggéré que cette prévalence avait été sous-estimée.

Articles associés

acute-respiratory-failure

La VNI en cas d’insuffisance respiratoire aiguë

 

En dépit de ses avantages réels en matière de réduction de la mortalité, de la gêne des patients et des coûts, la VNI (ventilation non invasive) reste sous-utilisée dans de nombreux hôpitaux pour traiter les cas d’insuffisance respiratoire aiguë. Il est rare qu’une technologie médicale permette d’améliorer simultanément ces trois aspects. La ventilation non invasive en pression positive (VNIPP) ou ventilation non invasive (VNI) permet pourtant de réaliser cet exploit en matière de soins médicaux...

 

En savoir plus

extubation

La VNI en post-extubation

 

La VNI peut succéder à une ventilation mécanique invasive au cours de la période post-extubation. Après une extubation, la ventilation non invasive est principalement utilisée afin de réduire la durée de la ventilation invasive et d’éviter les échecs d’extubation. Toutefois, elle peut également...

 

En savoir plus

pulmonary-edema

La VNI pour le traitement des œdèmes pulmonaires

 

Des preuves solides indiquent que la VNI permet de faire baisser le taux d’intubation et la mortalité chez les patients présentant un œdème pulmonaire lié à une insuffisance cardiaque. Les patients atteints d’insuffisance respiratoire aiguë due à une insuffisance cardiaque congestive constituent la deuxième catégorie de patients pour lesquels des données probantes encouragent l’utilisation de la VNI. Plusieurs études comparatives randomisées montrent que la VNI réduit...

 

En savoir plus