Sélectionnez votre pays et votre langue
Région
Pays
Langue

VNI en cas d’insuffisance

respiratoire aiguë

En dépit de ses avantages réels en matière de réduction de la mortalité, de la gêne des patients et des coûts, la VNI reste sous-utilisée dans de nombreux hôpitaux pour traiter les cas d’insuffisance respiratoire aiguë (IRA).

 

Il est rare qu’une technologie médicale permette d’améliorer simultanément ces trois aspects. La ventilation non invasive en pression positive (VNIPP) ou ventilation non invasive (VNI) permet pourtant de réaliser cet exploit en matière de soins médicaux. Malheureusement, nombreux sont les établissements qui sous-exploitent cette technologie.

 

Comme l’a constaté le Dr Hess dans un article publié dans la revue Respiratory Care en juin 2013, “la mise en œuvre de la ventilation non invasive (VNI) en cas d’insuffisance respiratoire aiguë suscite un grand intérêt chez les universitaires et les cliniciens. Pourtant, elle reste encore sous-utilisée”.¹

 

Une étude de Sweet et al. a par exemple démontré que, sur l’ensemble des patients remplissant les critères de la VNI/VNIPP, seul un tiers avait bénéficié de ce traitement.²

 

Il existe plus de 1 000 articles sur l’utilisation de la VNI, dont plus d’une centaine décrivant des essais comparatifs randomisés. La littérature identifie quatre catégories de patients pour lesquels la VNI présente des avantages réels. Les patients victimes d’exacerbations de broncho-pneumopathie chronique obstructive (BPCO) forment la catégorie la plus importante, tandis que ceux présentant un œdème pulmonaire lié à une insuffisance cardiaque constituent la deuxième.

 

Le troisième groupe pour lequel les avantages de la VNI ont été prouvés correspond aux patients atteints de troubles de la fonction immunitaire (immunodéprimés). Enfin, la VNI peut également jouer un rôle important dans le sevrage respiratoire et de bons résultats ont été obtenus sur des patients non critiques, notamment ceux souffrant d’apnée obstructive du sommeil (AOS), du syndrome obésité-hypoventilation (SOH) ou d’insuffisance respiratoire chronique.

 

 

La VNI reste sous-utilisée en dépit des preuves solides à l’appui.”³

 

Partager cet article :

S’inscrire

 

Recevoir les dernières nouvelles sur les avantages de la VNI pour améliorer les résultats de traitement.

 

S’inscrire

Remarque

Les termes pression positive continue (PPC) et ventilation non invasive (VNI) sont parfois utilisés l’un pour l’autre. Ils n’ont cependant pas du tout la même signification. En cas de PPC non invasive, un masque facial ou une autre interface similaire est utilisé(e) pour appliquer aux voies aériennes proximales une pression supérieure à la pression atmosphérique. Cela permet de maintenir les voies aériennes supérieures ouvertes et d’augmenter le volume pulmonaire ainsi que la pression intrathoracique. La PPC n’implique pas de décharge des muscles inspiratoires ; la ventilation courante dépend en effet entièrement des muscles respiratoires.

 

La VNI, en revanche, permet d’appliquer au cours de la phase inspiratoire une pression supérieure à celle appliquée lors de la phase expiratoire. Cette méthode assure donc une décharge des muscles respiratoires et une assistance respiratoire complète.

Articles associés

copd

La VNI dans le traitement des exacerbations de BPCO

 

Des preuves solides indiquent que la VNI permet de faire baisser le taux d’intubation et la mortalité chez les patients présentant un œdème pulmonaire lié à une insuffisance cardiaque. Les patients atteints d’insuffisance respiratoire aiguë due à une insuffisance cardiaque congestive constituent la deuxième catégorie de patients pour lesquels des données probantes encouragent l’utilisation de la VNI. Plusieurs études comparatives randomisées montrent que la VNI réduit...

 

En savoir plus

extubation

La VNI en post-extubation

 

La VNI peut succéder à une ventilation mécanique invasive au cours de la période post-extubation. Après une extubation, la ventilation non invasive est principalement utilisée afin de réduire la durée de la ventilation invasive et d’éviter les échecs d’extubation. Toutefois, elle peut également...

 

En savoir plus

pulmonary-edema

La VNI pour le traitement des œdèmes pulmonaires

 

Des preuves solides indiquent que la VNI permet de faire baisser le taux d’intubation et la mortalité chez les patients présentant un œdème pulmonaire lié à une insuffisance cardiaque. Les patients atteints d’insuffisance respiratoire aiguë due à une insuffisance cardiaque congestive constituent la deuxième catégorie de patients pour lesquels des données probantes encouragent l’utilisation de la VNI. Plusieurs études comparatives randomisées montrent que la VNI réduit...

 

En savoir plus