Fatigue liée aux alarmes
Impact sur les patients

Un niveau sonore élevé a des répercussions négatives sur les résultats de traitement

En tant que soignant, vous savez que la fatigue liée aux alarmes n’épargne pas le personnel. Les environnements bruyants et stressants affectent également les patients en les empêchant de dormir, de se reposer et de guérir.

Les environnements de soins bruyants et stressants peuvent entraîner les phénomènes suivants :
 

  • Modification de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque1
  • Affaiblissement du système immunitaire2
  • Ralentissement du processus de guérison et augmentation de la durée de séjour2
  • Baisse de la satisfaction du patient3
  • Délires
Le temps passé à réagir à de fausses alarmes est du temps perdu pour la prise en charge directe des patients.”

Surveillant(e)

USI

Cette sonnerie dans ma tête

Pour les équipes soignantes, les alarmes font partie du quotidien. Mais pour un patient désorienté, les sons inhabituels peuvent être troublants – voire profondément effrayants. Mettez-vous à la place d’un patient aux urgences et découvrez ses réactions face aux alarmes.

Pollution sonore : un vrai problème pour les patients en état critique


Malgré les mesures de réduction du bruit, le niveau sonore en USI dépasse de loin les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), en particulier la nuit. Découvrez ses effets sur les patients en état critique et les stratégies éprouvées à mettre en œuvre pour les protéger.
Première miniature – Pollution sonore
Seconde miniature – Pollution sonore

Lien entre délires et bruit dans les hôpitaux

Confusion, pertes de mémoire, hallucinations

Le bruit, la lumière et le manque de sommeil sont autant de facteurs environnementaux augmentant les risques de délires chez les patients, tout particulièrement en USI – une expérience terrifiante aux conséquences graves pour la santé.

La bonne nouvelle ? Jusqu’à 30 % des cas peuvent être évités grâce à des mesures non pharmacologiques, en améliorant par exemple la tranquillité des environnements de soins.

USIN : un parent dévoile les conséquences surprenantes de la fatigue liée aux alarmes


Les effets néfastes de la fatigue liée aux alarmes sur le personnel et les patients sont bien documentés. En revanche, que ressent le proche d’un bébé en soins intensifs et comment fait-il face à cette fatigue ?

Pour cette mère, le problème allait bien au-delà d’une simple baisse de satisfaction. Elle partage avec nous les effets de la fatigue liée aux alarmes sur son bébé et sa relation avec l’équipe soignante.

Ne ratez pas ce témoignage incontournable.

S’abonner

Consultez ces importants travaux de recherche afin de protéger vos patients


Inscrivez-vous pour obtenir plus d’informations concernant l’impact de la fatigue liée aux alarmes sur les patients, le personnel et les hôpitaux – et trouver des solutions.

Informations de contact

* Champ requis
*

Contact

*
*
*

Etablissement

*
*
*
*
*

Détail de la demande

En spécifiant la raison pour laquelle vous souhaitez être contacté, nous pourrons vous fournir un meilleur service.
*
*

Gestion des alarmes :
devenez expert

Philips est
là pour vous aider

Miniature – Causes de la fatigue liée aux alarmes

Causes de la fatigue liée aux alarmes

Découvrez de nouvelles informations et approches permettant de mettre en place des changements de façon efficace.

Bénéficiez de conseils pratiques

Exemples de réussite, études de cas exclusives et solutions éprouvées.

Miniature – Conseils pratiques
Miniature – Causes de la fatigue liée aux alarmes
Gestion des alarmes
Découvrez pourquoi les alarmes sont plus qu’une simple nuisance.

Notes de bas de page :

 

[1] Cropp, A., et al. “Name that tone: the proliferation of alarms in the intensive care unit”, Chest, 1994, V: 105.4, p. 1217.

[2] Aboukhalil, A., et al. “Reducing false alarm rates for critical arrhythmias using the arterial blood pressure waveform”, Journal of Biomedical Informatics, 2008, V: 41, pp. 442-451.

[3] Solet, J., et al. “Managing alarm fatigue in cardiac care”, Progress in Pediatric Cardiology, 2012, V: 33, pp. 85-90.