1
Articles automobile

L’éclairage reste le deuxième motif le plus fréquent de contre-visite


En 2014, le nombre de contrôles techniques a augmenté tandis que les motifs de contre-visite se sont légèrement réduits. L’éclairage est le deuxième motif le plus fréquent* de contre-visite technique, suivant de peu les problèmes de suspension. Selon l’Organisme Technique Central (UTAC-OTC), près de 9 % des contre-visites sont dues à des défaillances de l’éclairage ou des clignotants. Parmi ces cas, plus d’un tiers concerne une lampe réglée trop haut ou un faisceau de feu de croisement non conforme ; un quart concerne des feux stop défectueux ; un autre quart concerne les feux de position ; enfin, le réglage anormalement bas ou le mauvais fonctionnement des feux de croisement et le défaut d’éclairage de la plaque minéralogique comptent pour 20 % des contre-visites dues à des problèmes d’éclairage.

 

Éduquer les clients

 

Il est donc préférable que les garagistes « éduquent » leurs clients avant le contrôle technique. C’est dans ce but que l’Association Prévention Routière organise ses semaines de sensibilisation « Lumière et Vision ». Cette campagne nationale vise à inviter les automobilistes à réaliser un diagnostic des éléments de visibilité de leur véhicule. Il est intéressant de noter que la grande majorité des automobilistes affirment vérifier leur éclairage au moins une fois par an. Plus de la moitié confie cette tâche à un garagiste et un automobiliste sur cinq fait vérifier ses lampes lors du contrôle technique.

 

* Sauf véhicules GPL

  • Graphiques
Légende : Proportion d’échecs au contrôle technique dus à l’éclairage
Légende : Proportion d’échecs au contrôle technique dus à l’éclairage
Caption: Rate of non-compliance
Légende : Taux d’échec au contrôle technique

En savoir plus:

Remplacer par paire

Remplacer par paire

À quoi reconnaît-on une bonne ampoule halogène

À quoi reconnaît-on une bonne ampoule halogène