Espace Presse | France

Smart & Connected
mars 25, 2021

L'avenir des soins médicaux sera intelligent et connecté - une vision de la transformation numérique

By Henk van Houten
Executive Vice President, Chief Technology Officer, Royal Philips

Temps de lecture estimé: 7-9 minutes

Qu'ont en commun un smartphone de 200 grammes et une machine à résonance magnétique (RM) de 4 tonnes ? Pas grand-chose, à première vue. Mais si nous retraçons l'évolution passée et future de ces deux merveilles très différentes de la technologie moderne, elles suivent en fait des trajectoires étonnamment similaires. Voici pourquoi cette comparaison est importante et ce qu'elle révèle pour l'avenir des soins médicaux.

 

Je me souviens encore de la satisfaction immédiate de pouvoir parler à mes amis et à ma famille, où que je sois. Les premiers téléphones portables étaient peut-être un peu lourds à utiliser par rapport aux smartphones d'aujourd'hui, mais ils représentaient un énorme changement dans la façon dont nous menions notre vie quotidienne. Cependant, la véritable percée de la technologie des smartphones n'a eu lieu que plusieurs années plus tard, grâce à une série de développements qui ont bouleversé la nature même de l'innovation.

 

Tout d'abord, il y a eu l'arrivée de la connectivité Internet à haut débit. Le monde est alors à portée de main, ce qui nous permet de trouver un restaurant à proximité ou de vérifier s'il va pleuvoir pendant que nous sommes en déplacement. D'un point de vue technologique, la connectivité a également entraîné un autre changement fondamental : elle a permis aux fonctionnalités du smartphone d'exister en dehors de l'appareil physique lui-même, dans le Cloud. Cela a permis aux fabricants de mettre à jour et d'améliorer les fonctionnalités en direct, et d'en introduire de nouvelles au fil du temps, offrant ainsi toujours plus de valeur ajoutée à leurs clients.

 

Il est difficile de sous-estimer l'importance de ce changement fondamental. Ce qui était autrefois un produit statique, un appareil qui offrait les mêmes fonctions fixes jusqu'à ce que vous le remplaciez par un nouveau, pouvait désormais vous ravir avec de nouveaux services chaque fois que vous le preniez en main.

 

Les fabricants ont alors ouvert leurs plates-formes aux autres, en lançant les premiers sites de vente d'applications. C'est alors que le rythme du changement s'est accéléré de façon exponentielle. Les développeurs tiers ont saisi l'occasion pour mettre à disposition une multitude de nouvelles applications. L'innovation de l'écosystème numérique est née, bouleversant des secteurs entiers, de la banque à la musique en passant par la photographie. Aujourd'hui, il y a une application pour tout. Et grâce à l'IA, ces applications deviennent chaque jour plus intelligentes, car elles apprennent à partir de masses de données toujours plus importantes.

 

Notre vie quotidienne s'en est trouvée profondément modifiée. Ce qui était autrefois fastidieux et complexe est désormais rapide et facile. Partager et payer l'addition après une soirée entre amis ? Une simple pression sur un bouton suffit. Vous voulez flouter l'arrière-plan de vos photos de famille ? Pas besoin d'être un photographe expérimenté. Une application fera l'affaire pour vous.

 

Plus que jamais, je me demande à quoi ressembleraient les soins médicaux - un secteur extrêmement complexe - si nous adoptions les mêmes bonnes pratiques numériques ? Dans quelle mesure les expériences des patients et du personnel pourraient-elles être plus agréables et plus fluides si nous concevions des dispositifs et des systèmes médicaux avec le même niveau d'intelligence et de connectivité ? Quelle valeur supplémentaire ces systèmes et appareils pourraient-ils offrir au cours de leur vie si nous pouvions les mettre à jour et les améliorer aussi facilement que nos smartphones ? Et à quelle vitesse serions-nous capables d'innover si nous adoptions la même approche écosystémique que celle qui a pris d'assaut d'autres industries ?

Dans quelle mesure les expériences des patients et du personnel pourraient-elles être plus agréables et plus fluides si nous concevions des dispositifs et des systèmes médicaux avec le même niveau d'intelligence et de connectivité que les smartphones ?"

C'est là que les innovations passées et futures dans le domaine de l'imagerie par résonance magnétique (IRM) peuvent servir d'exemple révélateur. En effet, aussi éloignée que puisse paraître une salle d'examen d'imagerie du monde des smartphones, en y regardant de plus près, un schéma similaire de transformation numérique commence à se dessiner...
Digital transformation

Faire entrer la résonnance magnétique dans le monde connecté

 

Depuis le lancement des premiers systèmes de RM commerciaux au début des années 1980, des millions de patients ont profité de ces images détaillées du corps qui aident les médecins à diagnostiquer des cancers, des lésions cardiaques, des lésions de la colonne vertébrale et des anomalies du cerveau.

 

Pourtant, à l'origine, comme les premiers téléphones portables, les systèmes de RM étaient essentiellement conçus comme des produits statiques et autonomes - révolutionnaires dans ce qu'ils rendaient possible, mais avec une connectivité ou des services limités à l'exception de la maintenance de base.

 

Cette situation a commencé à changer avec l'introduction de la connectivité à distance, que j'aime considérer comme la première étape de la transformation numérique. Par exemple, nous pouvons désormais surveiller et analyser plus de 500 paramètres sur une machine RM à distance, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, en utilisant l'analyse prédictive pour identifier quand certaines pièces matérielles peuvent avoir besoin d'être entretenues ou remplacées. En conséquence, 30 % des incidents peuvent être résolus avant que des temps d'arrêt ne soient causés - ce qui permet d'éviter des interruptions évitables de la pratique clinique et des retards inutiles pour les patients.

Remote Services

La connectivité à distance permet une surveillance et une maintenance anticipées des équipements médicaux tels que IRM, ce qui permet d'éviter les temps d'arrêt inutiles et les retards des patients.

 

Ce n'est là qu'un des moyens par lesquels la connectivité à distance peut ajouter de la valeur à la RM. En plus de cela, nous avons commencé à ajouter des fonctionnalités intelligentes pour réduire la complexité inhérente à la RM - un deuxième pas en avant dans son évolution numérique.

Ajouter des fonctionnalités intelligentes pour rendre le complexe simple

 

Comme tout manipulateur ou opérateur RM vous le dira, il n'est pas facile de réaliser un examen RM. Chaque patient a une anatomie différente. Il existe un large éventail de protocoles différents parmi lesquels choisir. Et un examen par RM prend beaucoup de temps, entre 15 et 60 minutes selon la complexité du cas. Pour les patients, passer un temps aussi long dans un espace restreint peut être stressant, notamment parce qu'ils doivent rester immobiles pendant l'examen. Dans près d'un cas sur cinq, le mouvement du patient nécessite une reprise de l'examen [1]. L'augmentation constante du nombre d'examens et la pénurie de manipulateurs qualifiés dans de nombreuses régions du monde exercent une pression énorme sur le personnel, ce qui contribue à des niveaux élevés de stress et d'épuisement professionnel. 

 

Pouvons-nous rendre la RM plus rapide et plus facile pour l'opérateur, et plus confortable pour le patient ? Grâce à l'IA et aux algorithmes intelligents, c'est désormais possible.

 

L'un de mes exemples préférés est une technologie de détection du patient par caméra qui permet au manipulateur en RM de surveiller la respiration du patient sans avoir à installer une ceinture respiratoire à l'ancienne. La technologie peut analyser plus d'une centaine d'emplacements corporels en parallèle pour extraire les signes de la respiration - ce qui permet de configurer les examens RM de routine en moins d'une minute, même pour les opérateurs moins expérimentés, tout en les aidant à garder un œil attentif sur le patient.

 

En offrant un support automatisé du flux de travail, nous pouvons renforcer la confiance des opérateurs, leur permettant de se concentrer davantage sur les patients et moins sur la technologie. Et avec l'aide d'algorithmes intelligents, nous pouvons également accélérer considérablement l'acquisition d'images, en raccourcissant les examens par RM jusqu'à 50 % [2].

Vital Eye

Bien qu'il s'agisse de premières étapes formidables, il est passionnant d'imaginer comment nous pourrions rendre les systèmes de RM encore plus simples à utiliser. Par exemple, en utilisant plus largement la technologie de détection par caméra qui aide à positionner le patient. Ou par des algorithmes de reconstruction d'image qui compensent les mouvements du patient.

 

La prise d'images de l'anatomie d'un patient ne sera peut-être jamais aussi simple que de prendre un cliché de famille avec son smartphone. Mais je suis convaincu que l'imagerie avancée comme la RM sera de plus en plus accessible et de moins en moins longue. Il en va de même pour le post-traitement, la segmentation et l'interprétation des images RM, qui peuvent tous bénéficier d'applications intelligentes qui aident les manipulateurs et les radiologues à interpréter des quantités toujours plus grandes d'images.

 

Cependant, aussi utiles que soient ces innovations individuelles à différents moments du flux de travail en radiologie, nous devons également faire un zoom arrière et regarder la situation dans son ensemble.

Relier les points pour des soins centrés sur le patient

 

Dans le monde numérique, en réseau et de plus en plus virtuel d'aujourd'hui, il ne suffit pas de se demander comment rendre les systèmes de RM ou d'autres systèmes de diagnostic plus intelligents. Nous devons reconnaître qu'ils font tous partie d'un "système de systèmes" plus vaste et interconnecté - un réseau partagé dans lequel les données des patients doivent circuler entre différents systèmes, différents lieux et différents professionnels de santé.

 

Tout comme nos smartphones peuvent désormais se connecter de manière transparente à un thermostat intelligent ou à une voiture intelligente, la prochaine étape de la transformation numérique des soins sera entièrement consacrée à l`intégration.

 

Dans le contexte de la radiologie, cela signifie que nous devons chercher des moyens de connecter et d'optimiser l'ensemble du flux de travail, de la prise de rendez-vous du patient à la planification de l'examen, en passant par son interprétation, la création d'un rapport et le regroupement de plusieurs types d'informations sur le patient pour la prise de décisions cliniques.

Systems view

L'intégration consiste également à créer un pont entre le monde physique et le monde virtuel afin de transcender les frontières traditionnelles des soins. Par exemple, grâce à un nouveau concept appelé Radiology Operations Command Center, (ROCC) [3] nous pouvons désormais connecter des experts en imagerie dans une plateforme centrale avec des manipulateurs sur les sites de radiologie grâce à un réseau d'imagerie, en leur offrant une assistance virtuelle par-dessus l'épaule pendant que le patient est dans l’IRM. Cela permet non seulement de standardiser la qualité de l'image indépendamment de l'expertise de l'opérateur, mais aussi de permettre l'accès à des techniques d'imagerie avancées, comme la résonance magnétique, dans un plus grand nombre de sites, plus près du lieu de résidence des patients et à des heures plus flexibles.

 

Associée à des services de téléradiologie (assistée par l'intelligence artificielle) pour l'interprétation experte des images, cette technologie pourrait rendre la RM moins complexe et plus largement accessible. Et c'est une bonne nouvelle pour les patients qui n'ont pas toujours accès aux services spécialisés de RM aujourd'hui.

Un parcours continu de transformation numérique

 

Bien que nous ayons fait d'énormes progrès, l'évolution numérique de la RM - en tant qu'élément constitutif de solutions intégrées plus vastes - reste un processus continu. 

 

En particulier en termes de connectivité, il y a encore beaucoup à gagner. Au cours de la dernière décennie, le secteur de la santé s'est montré prudent dans son passage au cloud. Mais dans le sillage de l'épidémie COVID-19, l'adoption gagne du terrain. Au cours de la pandémie, les prestataires de soins ont pu constater de visu comment les services en cloud computing - soutenus par des normes de sécurité solides - permettent une mise en œuvre rapide des innovations dans tous les environnements [4].

 

À l'avenir, j'imagine que nous pourrons mettre à jour et améliorer la RM et d'autres systèmes de diagnostic par voie numérique, tout comme nous sommes habitués à mettre à jour notre smartphone du jour au lendemain. Cela signifie que nous pourrons mettre les nouvelles fonctionnalités à disposition beaucoup plus rapidement et que les scanners RM fonctionneront toujours au maximum de leurs capacités pour servir les patients de manière optimale.

Au cours de la pandémie, les prestataires de soins ont fait l'expérience concrète de la façon dont les services basés sur le cloud - soutenus par des normes de sécurité robustes - permettent une mise en œuvre rapide des innovations dans tous les contextes."

Je pense que nous assisterons également à une plus grande adoption des app stores basée sur le cloud dans le secteur des soins, faisant écho à l'impact révolutionnaire du modèle d'app store des smartphones. Par exemple, dans le domaine de la radiologie, cela peut prendre la forme de plateformes logicielles qui permettent aux radiologues de télécharger des applications validées provenant d'un grand nombre de développeurs tiers via une plateforme commune, sans avoir à se soucier des intégrations point à point pour chaque application individuellement (ce qui deviendrait rapidement un cauchemar pour le DSI d'un hôpital). Ce sera alors le rôle des fabricants de solutions de soins comme Philips de s'assurer que ces applications fonctionnent de manière transparente sur les consoles et les appareils mobiles utilisés par le personnel hospitalier - de la même manière que les meilleurs fabricants de smartphones offrent une expérience fluide.

 

Les modèles économiques vont probablement changer en conséquence, les logiciels et services par abonnement devenant plus courants. Et une chose dont nous pouvons être certains : dans ce nouveau monde émergent des écosystèmes numériques, l'innovation reposera encore plus fortement sur la collaboration qu'aujourd'hui.

MR radiology

On dit souvent que nous surestimons l'impact de l'innovation à court terme et que nous sous-estimons son impact à long terme. Si vous avez besoin d'une preuve de cette affirmation, il suffit de vous arrêter un instant la prochaine fois que vous prendrez votre smartphone. Auriez-vous pu prévoir, il y a 15 ans, tous les avantages qu'il vous apporterait aujourd'hui - ainsi qu'à des milliards d'autres personnes dans le monde ?

 

Imaginez maintenant ce que pourraient être les soins médicaux s'ils étaient aussi intelligents et connectés.



References

[1] https://www.healthimaging.com/topics/advanced-visualization/patient-motion-during-mri-proves-be-costly-conundrum
[2] Compared to Philips scans without Compressed SENSE.

https://www.philips.fr/healthcare/resources/landing/the-next-mr-wave/compressed-sense?_ga=2.4680373.76086234.1630411820-1931065668.1630411820&_gl=1*170tdy8*_ga*MTkzMTA2NTY2OC4xNjMwNDExODIw*_ga_2NMXNNS6LE*MTYzMDUwMjc4MS40LjAuMTYzMDUwMjc4MS42MA..

[3] Bientôt disponible en France

[4] Cresswell, K., Williams, R., Sheikh, A. (2021). Using cloud technology in health care during the COVID-19 pandemic. The Lancet, 3(1), E4-https://www.thelancet.com/journals/landig/article/PIIS2589-7500(20)30291-0/fulltext

Share on social media

Topics

Auteur

Henk van Houten

Henk van Houten

Directeur Nouvelles technologies Philips

Henk van Houten est le directeur nouvelles technologies de Royal Philips. À ce titre, il est responsable au niveau mondial de la recherche Philips, des services d'innovation, de Philips HealthWorks, des start-ups technologiques du groupe, de la gestion de la technologie et de la R&D, et du programme d'excellence " Idea to Market ". Il est vice-président du Conseil de l'innovation du groupe.

Follow me on