Sommeil et Libido

«Non, pas ce soir, je suis fatigué(e)». Une phrase qui résonne dans de nombreuses chambres françaises. Et c’est loin d’être une excuse! Des vies à cent à l’heure où il faut jongler entre vie personnelle et vie professionnelle, aujourd’hui il faut tout réussir. Alors dans l’intimité, on relâche la pression, et on se détend un peu trop… Pourtant, c’est tout le contraire qu’il faudrait faire. Le sommeil et la libido vont de pair. Faire l’amour favorise le sommeil et inversement.

 

Chez les hommes

Les plaintes sexuelles les plus fréquentes sont les problèmes d’érection, l’éjaculation précoce, dus au stress et à la vie de couple. Le problème vient peut-être aussi d’une mauvaise qualité de sommeil. L’organisme est sensible et répond de manière hormonale.

La testostérone est le chef d’orchestre de la sexualité masculine. C’est une hormone produite par les testicules pour stimuler la production de spermatozoïdes et le développement des organes génitaux masculins. Son taux varie au cours de la journée en diminuant pendant l’éveil et en augmentant pendant le sommeil. Ce qui explique l’envie de faire l’amour au réveil…pendant les trois heures suivantes. Si le sommeil est insuffisant, le taux de testostérone ne s’élève pas assez et le système de régulation naturelle est perturbé. Cela se traduit par des troubles de la libido, notamment des troubles de l’érection.

Chez les femmes

Les plaintes sexuelles les plus répandues sont l’absence de désir, des douleurs pendant les rapports, l’absence d’orgasme. Le facteur psychologique est plus impactant chez la femme et le sommeil a aussi son rôle positif à jouer.

Même si le sexe est plus souvent initiateur de sommeil chez l’homme, pour les femmes aussi la détente est au rendez vous. Un orgasme (seule ou accompagnée) multiplie par 5 le taux d’ocytocine, appelée parfois hormone «du bonheur».

Chez les personnes atteintes de SAS

Les troubles érectiles et sexuels sont parfois le signe d’un autre problème : le syndrome d’apnées du sommeil. Alors si vous ronflez, que vous êtes somnolent la journée, en plus d’une sexualité en berne, consultez votre médecin et passez un enregistrement du sommeil, une polysomnographie.

Ce syndrome est caractérisé par des arrêts respiratoires d’au moins 10 secondes, tout au long de la nuit. 30% des hommes atteints de SAS présentent des troubles de l’érection. A force d’arrêts respiratoires toutes les nuits, le remplissage des corps caverneux du pénis ne se fait plus aussi efficacement. Des traitements comme la pression positive continue permettent de retrouver le sommeil. Les voies aériennes supérieures sont maintenues ouvertes grâce à l’air propulsé par la machine à pression continue à l’aide d’un masque. Si les troubles sexuels sont liés aux apnées du sommeil, vous retrouverez vite une vie intime satisfaisante.

Mieux dormir pour mieux faire l’amour…et inversement! Au réveil cela renforcerait même le système immunitaire et tout en améliorant le sentiment de bien-être pour la journée. Dormir ET faire l’amour pourraient presque être remboursés par la sécurité sociale!