Sommeil et reveils nocturnes

Dormir huit heures par nuit, c’est le conseil souvent donné pour faire une bonne nuit de sommeil. Pourtant si la nuit est entrecoupée de réveils répétés, au matin, la fatigue est présente. La qualité du sommeil est aussi importante que la quantité. Quand les deux ne sont pas réunis, les conséquences sur la vie quotidienne se font ressentir: baisse de la concentration et irritabilité. L’important c’est d’en comprendre les causes pour pouvoir réagir au mieux.

 

 

L’institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) a étudié le sommeil des français. Résultat, nous dormons en moyenne 6h45 par nuit. Nous sommes loin des huit heures recommandées par les médecins pour démarrer une bonne journée. Si l’on ajoute à cela des nuits fractionnées, l’addition pour l’organisme est salée.

 

 

Une étude sur le sommeil fragmenté

L’université de Tel-Aviv a publié dans la revue «Sleep Medecine» la première étude comparant le sommeil fragmenté et la privation de sommeil. Les chercheurs ont sélectionné une trentaine de personnes n’ayant aucun problème de sommeil. La moitié d’entre eux ont fait une nuit de huit heures en étant interrompus toutes les 90 minutes, soit quatre fois dans la nuit. L’autre moitié du groupe n’a dormi que quatre heures entre 3 et 7 heures du matin. Au réveil, tous les participants ont été soumis à un test pour évaluer leur vigilance, leur performance intellectuelle ainsi que leur humeur. Le résultat est surprenant: aucune différence significative n’a été observée entre les deux groupes!

 

 

Pourquoi se réveille t’on la nuit?

Tout le monde a connu cela, des nuits entrecoupées de réveils ou de micro-réveils. On se tourne, on se retourne, parfois on se lève. Il y a ceux qui connaissent des insomnies passagères dues à un stress du moment, souvent lié à au travail ou à un problème familial. Il y a aussi les jeunes parents qui pendant les premiers mois voire les premières années se lèvent toutes les nuits pour changer une couche ou tout simplement rassurer leur bébé après un cauchemar.

 

 

Quand les réveils nocturnes durent depuis plusieurs années, toutes les nuits, c’est que le mal est plus profond. S’il s’agit d’une insomnie bien installée, peut-être qu’une dépression est la cause du trouble. Il faut en parler à votre médecin traitant qui peut vous conseiller.

Si vous vous réveillez toutes les nuits pour aller aux toilettes, que vous ronflez et que vous somnolez la journée, vous souffrez peut-être d’apnée du sommeil. C’est une maladie qui entraine des arrêts respiratoires tout au long de la nuit en raison du rétrécissement et/ou de l’obstruction des voies aériennes supérieures. Il faut vite consulter un médecin car ce trouble du sommeil augmente les risques de maladies cardiovasculaires et d’hypertension. Le traitement prescrit dans ce cas est une machine à pression positive continue avec un masque envoyant de l’air pour maintenir l’ouverture des voies respiratoires. Dès les premières nuits, les arrêts respiratoires cessent et les réveils nocturnes qui vont avec aussi!

 

 

Les bonnes pratiques de sommeil

Si l’on ne souffre d’aucun trouble important, les réveils nocturnes sont souvent dus à de mauvaises habitudes de sommeil. Voici quelques conseils pour retrouver un sommeil de qualité:

 

 

➢ Evitez les boissons stimulantes comme le café, le thé, l’alcool, les sodas à base de caféine après 16 heures.

➢ Dîner léger avec un repas composé de sucres lents sans trop de matières grasses.

➢ Pratiquez des activités calmes avant le coucher comme la lecture ou la méditation.

➢ Couchez vous à une heure régulière.

➢ Gardez votre chambre à une bonne température, entre 18°C et 20°C.

➢ Adaptez votre literie à votre corpulence.

➢ Essayez l’acupuncture ou la sophrologie auprès d’un professionnel.

 

 

Si vos nuits ne sont pas satisfaisantes, n’attendez pas trop longtemps pour réagir. Lorsque la fatigue s’installe, cela se répercute très vite sur votre vie personnelle et professionnelle. Alors parlez en autour de vous, à votre conjoint(e), à votre entourage, à votre médecin. Si c’est passager, il faut parfois juste un petit coup de pouce pour améliorer ses nuits. Si le mal est plus profond, votre médecin vous aidera à trouver une solution, car les traitements des troubles du sommeil ont fait de grands pas ces dernières années.

 

 

Par Karima Mourjane