Sommeil et Nouveau-né

Il a faim? Il a soif? Il est sale? Non il a sommeil. Pas facile de reconnaitre l’heure de la sieste puisque les signes sont presque les mêmes : il pleure, il s’agite. En revanche si en plus il baille, et se frotte les yeux, pas de doute c’est l’heure d’aller au lit. Pourtant, les doutes sont le lot quotidien des jeunes parents.

Le sommeil permet à un bébé de récupérer, de grandir, et de développer son cerveau. Au cours des premiers mois, Un nouveau-né dort beaucoup, les phases de sommeil sont alors plus longues que les phases d’éveil. À la naissance le bébé a besoin de 18 à 20h de sommeil quotidien, jusqu’à ses trois mois. Puis, mois après mois les besoins en sommeil diminuent. À son premier anniversaire, un bébé doit dormir entre 14 et 15h par jour.

Les conseils
Pour qu’un bébé dorme le mieux possible, il est important de ne pas le laisser complètement dans le noir car il éprouve encore des difficultés à différencier le jour de la nuit. Jusqu’à 3 à 4 mois, il est préférable de laisser allumer une veilleuse. Ne le couchez pas trop rapidement et instituez des rituels rassurants : lui donner son doudou, lui chanter une berceuse, lui faire un câlin. Faites lui comprendre qu’il va aller se coucher afin qu’il puisse se préparer à cette idée. Attention, évitez les moments d’excitation avant le coucher et créer un environnement calme et rassurant dans sa chambre. Allongez bien votre bébé sur le dos. Le visage est dégagé pour respirer à l’air libre. Le risque de mort subite du nourrisson augmente avec une position sur le ventre.

À éviter
Ne venez pas vérifier toutes les dix minutes que votre bébé dort, c’est vous qui risquez de le réveiller! Lorsqu’il pleure, ne vous précipitez pas. Un bébé peut se réveiller jusqu’à huit fois par nuit! Ces micros réveils durent quelques minutes, pendant lesquelles le bébé gémit, grogne, pleure…et se rendort. Il apprend à chaque fois à se rendormir seul. Les bébés n’aiment pas trop le changement, alors évitez de changer trop souvent le berceau de place, ainsi que ses jouets ou la disposition de la chambre. Ils aiment avoir leurs repères. La température de la chambre ne doit pas excéder 18 à 20 degrés. Au delà, les microbes, notamment les acariens ont tendance à se multiplier davantage, ce qui peut entrainer des allergies.

Et les parents dans tout ça
Dans un premier temps, il est conseillé de faire dormir le nouveau-né dans la chambre des parents. Entre l’accouchement, la maternité, les visites familiales, le bébé a besoin d’un environnement stable et rassurant que peut offrir la chambre parentale. En revanche, au delà de six mois, le comportement du bébé peut s’en trouver perturbé surtout si cela résulte d’un stress lié à la séparation. Souvent les parents sont plus angoissés que l’on ne croit à se séparer de leur enfant. Ce stress que l’enfant peut ressentir entraîne des troubles du sommeil. Cela se vérifie d’ailleurs déjà pendant la grossesse : une étude a démontré que les mamans déprimées ou angoissées ont des bébés dont le sommeil est de moins bonne qualité, ainsi que des difficultés à s’endormir.

Troubles du sommeil
En dehors des micros-réveils qui sont tout à fait normaux, un bébé peut connaître des épisodes d’insomnies. En général passagères, elles sont souvent liées une poussée dentaire, un rhume ou bien une otite. Parfois c’est l’environnement extérieur qui est en cause: maison ou appartement trop bruyant, repas copieux avalés trop vite, trop de draps, couvertures et doudous dans le lit. Cela demande un effort d’observation de la part des parents pour trouver l’élément perturbateur. En revanche si l’insomnie est chronique, le problème est plus profond, il faut consulter un pédiatre.

Il ne faut pas hésiter à demander de l’aide, aucun parent n’est parfait! Faites confiance à votre intuition. Avec le temps, chaque père et chaque mère apprennent à reconnaître un peu mieux tous les jours les pleurs du bébé pour répondre à ses besoins ; et le sommeil est l’un des besoins vitaux du nouveau-né.

Par Karima Mourjane