Sommeil en Hiver

Au cœur de l’hiver, tout le monde connaît cet irrésistible besoin de rester plus longtemps sous la couette. Pourtant même si l’on cède à cette tentation, la fatigue reste toujours présente. La sensation de dormir plus mais jamais suffisamment est un vrai symptôme de l’hiver. S’il fut un temps où l’on ne prenait pas en considération ce ressenti, aujourd’hui les causes de ce « mal » sont bien connues
et des solutions existent.

 

On a parfois comme envie d’hiberner…! A première vue l’homme est un mammifère qui ne fait pas de pause en hiver comme la marmotte entre, elle, en hibernation. En revanche nous nous rapprochons un peu de l’ours qui lui hiverne. Hiverner signifie ralentir son métabolisme sans se plonger totalement dans la léthargie. Dans une moindre mesure, notre organisme ressent ce ralentissement dû au changement de saison.

 

Atmosphère de la chambre

L’un des premiers gestes à l’arrivée de l’hiver, c’est allumer son chauffage. Pourtant veillez bien à rester raisonnable ! Une chaleur excessive n’est pas bonne pour l’organisme. C’est difficile de donner une température idéale pour la chambre car chacun peut avoir son propre confort personnel. Il est néanmoins observé que les températures optimales se situent en moyenne entre 20 et 22°C. 

A l’inverse une chambre trop fraîche n’est pas conseillée non plus. Vous risquez de vous réveiller en pleine nuit pour essayer de vous réchauffer.

 

En parallèle, on oublie aussi très souvent un autre paramètre pourtant essentiel, celui de l’hygrométrie. L’air de la chambre est-il trop ou pas assez humide. Si l’air est trop sec, toute l’humidité des voies nasales disparaît. On peut alors avoir tendance à ouvrir la bouche et à ronfler ce qui peut être le début d’un mauvais sommeil. L’idéal est d’avoir un air ambiant contenant 30 à 50% d’humidité. Il existe des humidificateurs d’air. Parfois pouvez aussi tout simplement mettre un bol d’eau au dessus de votre radiateur, pour que l’air de la chambre ne soit pas excessivement sec.  

 

La lumière

Le temps de luminosité diminue fortement quand l’hiver arrive. Cela influe considérablement sur nos rythmes biologiques. L’horloge interne, régulant notamment le sommeil dépend du lever et du coucher du soleil. La lumière active des cellules impliquées dans l’éveil,  la cognition mais aussi l’humeur. Nous sommes plutôt inégaux face à ces changements. Certains ne ressentent qu’un simple ralentissement, quand d’autres sont affectés physiquement et psychologiquement. La production de sérotonine, hormone qui régule l’humeur, varie avec les saisons. Certains sont très sensibles à ces variations: leur sommeil est perturbé ainsi que leur concentration en journée… voire leurs états d’âme. On parle de dépression saisonnière. Plutôt que de se tourner vers des solutions médicamenteuses, une approche plus douce est aujourd’hui beaucoup utilisée, celle de la luminothérapie. Grâce à une petite machine lumineuse, il est possible d’améliorer l’état de veille la journée et la qualité du sommeil la nuit.

Autre astuce: mettre des ampoules plus fortes dans toutes les pièces de votre habitation. 

Si votre état de mal être persiste, consultez votre médecin. Vous vivez peut-être une dépression saisonnière.

 

Une bonne hygiène de vie

L’envie et même le besoin de rester chez soi à l’abri des turpitudes de l’hiver ne doit pas vous empêcher d’avoir une bonne hygiène de vie.

 

  • Les plats d’hiver sont chauds et plus gras, ils font du bien au corps et à l’esprit. Mais n’en abusez pas ! Une bonne soupe bien chaude au dîner vous apportera autant de réconfort et sera plus légère. Un repas trop lourd avant de dormir gâchera votre sommeil. 
 
  • L’exercice physique favorise le sommeil profond. Mais en hiver c’est plus difficile de se motiver. Vous pouvez faire moins de sport quand il fait froid mais n’arrêtez pas tout non plus. Même une bonne marche reste bénéfique. La reprise au printemps n’en sera que moins dure ! 

 

Avoir envie de dormir davantage en hiver, rien de plus normal. L’organisme ressent les effets de la baisse de la température et de la luminosité. Sachez écouter votre organisme. En revanche ne changez pas toutes vos habitudes pour autant. Gardez une bonne hygiène de vie, faites le plein de lumière avec une lampe de luminothérapie si nécessaire et si vous une déprime s’installe, parlez en autour de vous et à votre médecin. 

 

Par Karima Mourjane