Sommeil et Grossesse

La grossesse est une période unique dans la vie d’une femme. Mais aux joies de porter la vie, s’ajoutent tout un tas de désagréments physiques que l’on n’a pas forcément anticipé. Si les nausées, les vomissements et les contractions sont bien connus, les problèmes de sommeil le sont beaucoup moins. Pourtant les réveils nocturnes et la somnolence diurne font bien partis des maux de la grossesse. Si la vie du bébé n’est pas directement mise en danger, pour la future maman, la fatigue s’installe et vient gâcher ces neuf mois.

 

Attendre un bébé est bien souvent un projet attendu et vécu avec beaucoup de bonheur…et de repos. Dès les premières semaines, l’envie de dormir devient de plus en plus pressante, même au beau milieu de la journée. Et pendant la nuit, des phases d’insomnies apparaissent. C’est le résultat d’un bouleversement hormonal bien précis.

 

Le ballet des hormones

Si certains pensent que les hormones sont une bonne excuse pendant la grossesse, dans les faits, ces molécules influent grandement sur la physiologie de la femme enceinte. La principale responsable, c’est la progestérone. Cette hormone sert à préparer l’utérus pour la grossesse. Ses effets sédatifs sur l’organisme entraine ces fameux coups de barre ressentis dans la journée. Heureusement seuls les trois premiers mois sont vraiment concernés. La situation s’améliore grandement au deuxième trimestre.

Pendant le troisième trimestre, c’est l’insomnie qui frappe les futures mamans. N’oubliez pas que votre corps se prépare aux nuits chaotiques «post-accouchement» à l’arrivée du bébé.

Si les insomnies sont dues à un problème d’anxiété, c’est tout à fait naturel surtout lors d’une première grossesse. N’hésitez pas à en parler avec votre gynécologue ou à votre sage-femme.

 

Dormir, c’est bon pour la santé du bébé

Mener une grossesse à terme, n’est pas si simple. La liste des recommandations à suivre est très grande et les neuf mois avant l’accouchement peuvent alors paraître bien long! Des chercheurs de l’Université de Pittsburgh aux Etats-Unis ont observé l’augmentation de molécules, appelées cytokines, lors d’un sommeil de mauvaise qualité. Ces molécules jouent un rôle important dans le système immunitaire mais si elles sont présentes en trop grand nombre, elles finissent par attaquer les cellules saines et affaiblir les tissus du placenta. Cela augmente le risque d’accouchement prématuré.

Se reposer et bien dormir est donc bien plus qu’une simple recommandation.

 

http://www.upmc.com/media/NewsReleases/2013/Pages/pitt-study-poor-sleep-in-pregnancy-can-disrupt-immune-system.aspx

 

Quelques conseils

Le premier trimestre est un moment difficile car de nombreux maux de la grossesse sont présents et en même temps peu de personnes sont au courant de votre état. Il faut donc trouver des astuces notamment sur votre lieu de travail. Si vous somnolez au bureau, n’hésitez pas à prendre une pause pour marcher dehors quelques minutes. Profitez en pour vous passez un peu d’eau sur le visage et si vous le pouvez, buvez un jus de citron à l’effet revigorant! Le soir venu, couchez vous tôt et faîtes des siestes le week-end.

 

Il existe aujourd’hui de nombreuses activités liées à la relaxation qui permettent de mieux gérer son sommeil: sophrologie, yoga, homéopathie, acupuncture. Les médecins sont aujourd’hui mieux informés de toutes ces pratiques qui s’ajoutent au suivi médical et peuvent accompagner les femmes enceintes. Les médicaments étant souvent proscrits pendant cette période, il ne faut pas négliger ces autres solutions et trouver une activité adaptée à sa situation.

 

Grossesse et apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est un trouble du sommeil entrainant tout au long de la nuit des arrêts respiratoires, à cause d’un rétrécissement et/ d’une obstruction des voies aérienne supérieures. L’apnée du sommeil peut apparaître au moment de la grossesse ce qui pourrait expliquer certaines complications. D’après une étude réalisée, 45% des patientes interrogées ronflaient au cours de leur grossesse, parmi lesquelles 85% ne ronflaient pas avant la grossesse.

Pour les femmes enceintes souffrant de ce mal, les risques d’accouchement prématuré, d’hypertension dite gravidique et de diabète gestationnel sont accrus. Une étude a suivi des centaines de femmes dans ce cas: 90% d’entres elles étaient en surpoids ou obèses à l’accouchement. Alors pour les femmes souffrant aussi d’obésité, mais qui n’ont pas été diagnostiquées, un dépistage est toujours possible. Une fois la maladie détectée, un traitement est mis en place sous la forme d’un masque et d’une machine délivrant une pression positive continue. C’est une machine qui envoie un flux d’air afin de maintenir les voies aériennes supérieures ouvertes. C’est essentiel pour la santé du bébé dont l’activité est grandement améliorée. Par le biais du cordon ombilical, le fœtus va sentir la moindre baisse d’oxygène.

En tout cas pas de panique pour la suite car dans la majorité des cas, l’apnée du sommeil disparaît et tout rentre dans l’ordre après l’accouchement.

 

http://www.journalsleep.org/ViewAbstract.aspx?pid=29449

 

Chaque femme vit donc sa grossesse à sa manière. Certaines sont complètement épanouies quand d’autres n’attendent que la fin! Mais pour toutes, la qualité du sommeil est primordiale pour leur confort et pour leur santé ainsi que pour celle du bébé. En particulier celles qui souffrent déjà de troubles du sommeil. Alors prenez soin de vous!

 

Par Karima Mourjane