Sommeil et Drogue

Malgré de nombreuses idées reçues, drogue et sommeil ne font pas bon ménage. Il est établi aujourd’hui que les drogues ne sont pas bonnes pour la santé, mais on pense à tord qu’elles peuvent parfois aider à trouver le sommeil. Si dans un premier temps certaines substances peuvent donner l’illusion de mieux dormir, à long terme elles perturbent grandement la qualité du sommeil.

 

Le mot «drogue» décrit toute substance qui modifie la manière de percevoir ce qui nous entoure, de penser, de se comporter, de ressentir les émotions. Une drogue est classée selon sa légalité, son effet et sa dangerosité. Chaque individu réagit à sa manière selon le type de drogue, sa façon de la consommer, la quantité ingérée. Dans tous les cas, le sommeil s’en trouve toujours perturbé.

 

Des drogues très différentes
Certaines drogues sont autorisées et réglementées comme le tabac, l’alcool et les médicaments. D’autres en revanche sont interdites en France comme le cannabis, la cocaïne ou bien l’héroïne, entres autres. La loi ne statue pas en fonction de la dangerosité mais plutôt selon une pratique historique et culturelle et l’intérêt thérapeutique, pour les médicaments. De plus la loi peut évoluer avec les mœurs et le temps. Il vaut mieux alors se référer aux recommandations médicales, plutôt qu’à un statut juridique.

 

Définir si une drogue est plus dangereuse qu’une autre se révèle plus compliqué qu’il n’y paraît. Les autorités médicales retiennent la notion de dépendance physique et/ou psychologique, la nocivité sur l’organisme, le risque d’accident, ou encore les conséquences sur la société.

 

A chaque drogue son effet

Quelque soit leurs effets, les drogues vont avoir une incidence sur le sommeil. Les substances les plus consommées en France sont les suivantes

 

➢ Le cannabis: c’est un psychotrope agissant directement sur le cerveau. C’est surtout un faux ami du sommeil. La sensation d’endormissement est très présente à cause de ses effets anxiolytiques. Mais l’effet s’estompe si la prise de cannabis est régulière. Avec le temps le sommeil paradoxal, période des rêves, diminue et le sommeil profond augmente. Cela donne une sensation de mieux dormir mais en fait le cycle du sommeil est complètement déréglé. Cette drogue altère aussi les capacités intellectuelles.

 

➢ L’alcool: il est vrai que la prise d’alcool permet de s’endormir rapidement. Cependant dans un deuxième temps, la nuit est très perturbée par une agitation et des micro-réveils qui cassent le sommeil. À noter que l’alcool favorise les apnées du sommeil. La consommation d’alcool accentue aussi les effets de la privation de sommeil: une vigilance moindre qui augmente les risques d’accidents. Et plus on boit de l’alcool, plus les performances intellectuelles diminuent

 

➢ Le tabac: fumer une cigarette avant de se coucher entraîne plutôt des difficultés d’endormissements. D’autre part le tabac provoque l’inflammation des bronches ce qui peut entrainer des ronflements voire une apnée du sommeil. C’est une maladie liée à l’obstruction plus ou moins complète des voies aériennes supérieures. Si vous êtes concerné par ce trouble du sommeil, un sevrage tabagique est fortement conseillé. Faites vous aider par votre médecin car arrêter de fumer n’est pas aisé: anxiété, irritabilité, sommeil fragmenté. Vous devez être accompagné.

 

Si au départ les drogues peuvent apparaître comme un refuge, elles deviennent très vite un piège duquel il est parfois très difficile de se sortir. Légal ou pas, ces substances ne sont jamais une solution pour mieux dormir. Concernant les médicaments, l’essentiel est de suivre les recommandations de votre médecin traitant, seul habilité à vous prescrire des remèdes liés à votre sommeil.

 

By Karima Mourjane