Sommeil et departs en vacances

L’été est enfin là…et les vacances aussi! C’est l’heure du départ tant attendu et pour beaucoup le trajet se fait en voiture car ces dernières années, le lieu de villégiature préféré des français… c’est tout simplement la France. La sécurité routière est donc primordiale et l’accent est porté sur la fatigue ressentie au volant. La joie du départ en vacances peut être éclipsée par le stress. Alors pour bien commencer ce moment de repos en couple, entre amis ou en famille, veiller à son sommeil reste le meilleur moyen de passer de bonnes vacances.

Prendre la route pour partir en vacances n’est pas aussi anodin que de conduire pour aller au travail tous les jours. Le coffre est plein, les enfants sont à l’arrière pour certains, la chaleur est présente, le temps de trajet est de plusieurs heures. Il s’agit donc de prendre des précautions supplémentaires pour une sécurité maximale.

Somnolence=danger
La somnolence au volant est la première cause d’accidents sur la route. Les statistiques parlent d’un accident sur trois en rapport avec la fatigue sur la route. Une étude menée par l’Institut du Sommeil et de la Vigilance a recensé le nombre de personnes déclarant un épisode de somnolence au volant pendant la journée. Au moins 7 personnes sur 10 sont dans ce cas! Les chercheurs de l’Institut du Sommeil et de la Vigilance font également état de nombreuses personnes réduisant la durée de leur sommeil avant un départ en vacances. Au moins 50%!* En combinant ces deux données, on comprend que le danger de s’endormir au volant le jour J est très présent.

Si vous souffrez d’apnée du sommeil et que vous êtes traité par un appareil de PPC (Pression Positive Continue), dormir la durée requise avec sa PPC et son masque, la veille d’un départ, c’est capital. Dès l’arrêt du traitement, même une seule nuit, les symptômes reviennent immédiatement, notamment la somnolence diurne.

Reconnaître les signes
Sur le chemin des vacances, conduire est une action plutôt monotone. L’autoroute file droit et les paysages se suivent et se ressemblent. Alors très vite, les signes suivants peuvent se manifester:
› Bâillements successifs.
› Picotements dans les yeux, les paupières qui s’alourdissent.
› Difficulté à maintenir une vitesse constante.
› Trajectoire sinueuse.
› Perte de conscience, le conducteur ne se souvient pas des derniers kilomètres accomplis.
› Micro-sommeils d’une à quatre secondes.
Tous ces signes doivent immédiatement vous inciter à vous arrêter, soit pour faire une pause, soit carrément pour faire une sieste de moins de vingt minutes.

Bien préparer le départ
S’il est important de vite réagir quand les signes de fatigue se font sentir, rien ne vaut la prévention. Voici quelques conseils:
› Prévoyez un arrêt de quinze minutes toutes les deux heures.
› Pendant la pause, s’aérer, se déplacer, s’étirer, s’hydrater.
› Evitez de conduire pendant les heures à risque c’est à dire entre 3h et 7h du matin et entre 13h et 15h.
› Prenez des repas légers.
› Evitez l’alcool et certains médicaments (bien relire les notices).
› Passez le volant si possible.


Les pics d’accidents sur autoroute ont lieu à 4-5h du matin ainsi qu’en début d’après-midi. Ils sont le reflet de notre besoin de sommeil. Partir très tôt pour éviter la chaleur et les bouchons est une fausse bonne idée. L’état de somnolence multiplie le risque d’accident par 8. Alors respectez bien les sept heures de sommeil la veille du départ. Que l’été commence bien!

*Source: Les Français et leur sommeil (http://www.inpes.sante.fr/70000/dp/08/dp080310.pdf)

 

Par Karima Mourjane