Sommeil et Allergie

En France, depuis une quarantaine d’années, les allergies sont en plein essor. Elles touchent près d’une personne sur trois et dans la moitié des cas, l’allergie est respiratoire. C’est justement ce type d’allergie qui influe négativement sur le sommeil.


La rhinite allergique
L’affection respiratoire la plus fréquente est la rhinite allergique. Elle porte ce nom car elle partage de nombreux symptômes avec la rhinite classique ou rhume que nous connaissons tous : éternuements, nez qui coule, conjonctivite. Si la rhinite persiste tout au long de l’année, les allergènes à suspecter sont les acariens, les poils d’animaux, les moisissures. La rhinite allergique saisonnière est elle, causée par les pollens des arbres, des champs, des fleurs. Le système immunitaire de l’organisme fonctionne naturellement pour parer les attaques de ces agents pathogènes. Pour une personne allergique, la réponse de l’organisme est disproportionnée. Le sommeil peut alors en être perturbé.

Des nuits difficiles
Le corps médical a bien établi un lien de cause à effet entre la rhinite allergique et certains troubles du sommeil. Le cerveau réagit à l’inflammation des voies aériennes et des tissus du nez ce qui perturbe le cycle du sommeil. Le mécanisme physiologique n’est pas encore bien connu mais les personnes allergiques ont clairement des nuits plus difficiles : le nez et la gorge sont congestionnés par une importante production de mucus. La respiration se fait alors principalement par la bouche ce qui assèche les muqueuses. Une sensation de sécheresse inconfortable et même douloureuse dans certains cas. À cela viennent s’ajouter la toux et les éternuements qui interrompent la nuit. Le réveil est difficile et les symptômes sont amplifiés par la fatigue.

Les solutions
Auprès d’un allergologue, l’affection respiratoire pourra être contenue à l’aide d’un traitement approprié. Attention, certains médicaments anti-allergie peuvent entraîner une somnolence. Voici quelques conseils pour accompagner votre traitement :
› Boire de l’eau tout au long de la journée. Cela fluidifie le mucus pour une evacuation plus aisée.
› Aérer son habitation plutôt le soir. Le pollen est principalement émis entre 5h et 10h du matin.
› Se laver les cheveux le soir pour éliminer tous les allergènes accumulés pendant la journée.
› Réaliser avant le coucher un lavage doux du nez à l’aide d’un spray adéquat (en vente en pharmacie et dans les grandes surfaces) pour nettoyer et hydrater les tissus.
› Changer régulièrement les draps pour éviter l’accumulation d’acariens et de poussière.
› Surélever la tête de quelques centimètres pour faciliter la respiration.

Les allergies respiratoires altèrent grandement la qualité de vie du fait des symptômes qu’elles entrainent. Malheureusement, les nuits en sont affectées. De nos jours les allergies sont de plus en plus nombreuses : changement de mode vie, hygiène accrue, pollution, le problème n’est pour l’instant pas encore contenu.

 


Par Karima Mourjane