Sommeil et Alcool

Dans notre société, l’alcool est à la fois associé à une ambiance festive, mais c’est aussi la bête noire des autorités sanitaires. Dans le domaine du sommeil, l’un des conseils les plus courants est d’éviter l’alcool, un produit qui à forte dose est très mauvais pour la santé. Pourtant on observe aussi que l’alcool entraine un forte somnolence. Mais les études sont claires : l’alcool perturbe la qualité du sommeil.

Boire un verre d’alcool le soir entre amis, ça détend. Et au moment de se coucher, le sommeil peut venir rapidement. Mais tout ceci est un leurre car ensuite la nuit ne se passe pas toujours très bien. Agitation, réveils nocturnes, ronflements, transpiration, maux de tête, autant de désagréments liés à la consommation d’alcool avant de dormir.

L’alcool est mauvais pour le sommeil

Des chercheurs anglais ont analysé une vingtaine d’études sur le sujet. Le bilan est sans appel: si l’endormissement et la première partie de la nuit se passent bien ; pendant la seconde moitié, tous les sujets ont fait état de troubles du sommeil. Les expériences ont été réalisées sur des sujets en bonne santé avec des consommations variables d’alcool. C’est la phase de sommeil paradoxal, associée aux rêves qui est la plus touchée. Or c’est une phase pendant laquelle le cerveau est très actif et réorganise la mémoire. Cela entraine donc pendant la journée une concentration diminuée mais aussi une fatigue accrue.

Le passage entre le sommeil paradoxal et le sommeil lent est lui aussi perturbé, entrainant ainsi des réveils nocturnes voire des insomnies.

L’alcool accentue le ronflement

Le ronflement est une des conséquences de la consommation d’alcool à cause de son effet relaxant sur les muscles du pharynx. L’air inspiré a du mal à faire son chemin même chez des sujets qui ne ronflent pas habituellement. Pour ceux qui ronflent déjà, l’alcool peut provoquer des apnées du sommeil ou les aggraver si elles existent déjà. Ce sont des arrêts respiratoires de plusieurs secondes, dus à un rétrécissement des voies aériennes supérieures. L’apnée du sommeil est un trouble du sommeil grave qui entraine une diminution de la qualité de vie avec une forte somnolence pendant la journée. Cette maladie augmente aussi le risque de maladies cardio-vasculaires comme l’infarctus du myocarde ou l’insuffisance cardiaque, ainsi que le risque de dépression. Il est impératif de consulter son médecin.


Alcool, la fausse bonne idée
Sauf contre-indication médicale, l’idée n’est pas d’interdire complètement l’alcool. Mais si l’on veut veiller à la qualité de son sommeil, il faut attendre entre une heure et demie à deux heures avant de se coucher. C’est le temps qu’il faut pour que les effets de l’alcool s’atténuent mais il est à noter que ces effets peuvent durer jusqu’à six heures. Or de nombreuses personnes utilisent l’alcool pour s’endormir. D’autres alternatives plus saines existent:
✓Faire du sport régulièrement.

✓Adopter des horaires de sommeil réguliers.
✓Dormir dans une pièce agréable, à bonne température.
✓Eviter le café.

L’alcool est finalement un «faux ami» du sommeil. Certes il favorise l’endormissement mais dérègle complètement le cycle du sommeil. Alors la modération est de rigueur. Pour ceux qui souffrent de troubles du sommeil, il est conseillé de réduire la consommation d’alcool.